Vie et mort de l’élégance (2012)

COMMANDE D’ŒUVRE

Vie et mort de l’élégance c’est un portrait en accéléré de l’effet du temps sur nos manières d’être ensemble, de l’altération que subissent nos rencontres et nos relations, c’est un plongeon tête première dans les craques du vernis des apparences.

La pièce a gagné la médaille d’argent aux VIIe Jeux de la Francophonie qui se sont tenus en septembre 2013, à Nice en France.

Chorégraphe : Marie Béland
Interprètes: Claudelle Bilodeau, Joannie Deschâtelets, Anabel Gagnon, Simon Gélinas Beauregard, Marie-France Jacques, Nicolas Labelle, Laurie-Anne Langis, Alexia Martel
Interprètes à la création : Claudelle Bilodeau, Alexandre Fleurent, Anabel Gagnon, Marie-France Jacques, Josia Laberge, Laurie-Anne Langis, Alexia Martel, Louis-Elyan Martin
Musique : Vanessa Sorce-Lévesque
Éclairages : Stéphane Ménigot
Costumes : Angela Rassenti
Costumes à la création : Louis Hudon
Répétitrice : Hélène Leclair
Durée : 25 minutes
Première : 24 mai 2012 à la Maison de la Culture Frontenac, Montréal, Canada
maribé – sors de ce corps aimerait remercier l’École de danse contemporaine de Montréal.

EXTRAITS VIDÉO

PHOTOS

Photos de Luc Lavergne

vieetmort1 vie_et_mort_luc_lavergne3-faux-hires vie_et_mort_luc_lavergne2-faux-hires

Photos prises par Patrimoine canadien lors des Jeux de la Francophonie, Nice France, 2013

jeux3-faux-hires jeux2-faux-hires jeux1-faux-hires jeux4-faux-hires

L’ÉQUIPE DE CRÉATION

Alexandre Fleurent
Alexandre Fleurent / interprète collaborateur

ALEXANDRE FLEURENT s’engage d’abord dans le milieu des arts grâce à une formation de loisir en  danse et en théâtre. C’est en 2012, à l’âge de 22 ans, qu’Alexandre est diplômé de l’école de danse contemporaine de Montréal. À travers le matériel chorégraphique diversifié qu’il touche, il peut enfin assumer l’ampleur et le volume de son corps en relation avec l’espace. Au cours de sa formation, il a l’occasion de plonger dans l’univers prenant de la danse-théâtre où il peut approfondir l’authenticité et le raffinement de son interprétation. Depuis l’obtention de son diplôme, Alexandre travaille auprès de chorégraphe qui exploite cette facette plus théâtrale de la danse, notamment avec Sasha Ivanochko et Marie Béland. En plus de son implication dans divers travail chorégraphique de la relève, il est aussi interprète pour la compagnie La Grande Fente, dirigée par Isabelle Boulanger.


Alexia Martel
Alexia Martel / interprète collaboratrice

ALEXIA MARTEL a complété sa formation à L’École de danse contemporaine de Montréal (EDCMTL) en mai 2012. Par l’entremise de l’École, Alexia a pu plonger dans différents univers chorégraphiques de créateurs d’ici et d’ailleurs dont Marie Béland, Marie Chouinard, Daniel Léveillé et Lise Vachon qui influenceront particulièrement sa vision de la danse. En parallèle à sa formation, Alexia s’intéresse au théâtre et à la façon dont le théâtre et la danse entre en symbiose. À titre d’interprète, Alexia travaille actuellement auprès d’Isabelle Boulanger (La grande fente) et Patricia Gagnon.


Anabel Gagnon
Anabel Gagnon / interprète collaboratrice

ANABEL GAGNON découvre la danse contemporaine à l’âge de 18 ans et, avec curiosité et passion, elle entreprend ses études au Collège Montmorency (QC) d’où elle sera diplômée en 2009. À cette meme année, elle est récipiendaire de la bourse du département de danse.

Elle poursuit sa formation supérieure à L’école de danse contemporaine de Montréal (QC) et obtient son diplôme en 2012. Son parcours sera ponctué de collaborations riches et révélatrices  auprès de  plusieurs maîtres de renoms, tels que Bernard Martin, Manuel Roque, Marc Boivin, Dana Gingras, Ami Schulman et plusieurs autres. Se révèle une soif insatiable d’apprentissages et une curiosité toujours plus grande à l’égard du mouvement.


Angela Rassenti
Angela Rassenti / conceptrice de costumes

ANGELA RASSENTI a suivi sa formation en scénographie à l’École Nationale de Théâtre du Canada. Depuis 2008 elle conçoit des décors et des costumes principalement en théâtre et en danse contemporaine. Ce n’est pas sa première collaboration avec la compagnie maribé – sors de ce corps;  en 2013 elle a conçu les costumes et les accessoires pour les créations; BLEU – EVRT – ROUGE et Vie et mort de l’élégance. Parmi ses autres œuvres les plus récentes; Une conception de costumes en mars 2014 avec Amélie Rajotte pour sa création Carnaval pour Tangente au Studio Hydro Québec, une conception de costumes pour Plus Vrai de Sarah Bild avec Danse Cité  automne 2013, et une scénographie pour Scrap de Mathieu Leroux avec les Néos Futuristes à Espace Libre en 2012.


Claudelle Bilodeau
Claudelle Bilodeau / interprète collaboratrice

Native de St-Bruno, Québec, Canada, CLAUDELLE BILODEAU a été initée dès son plus jeune âge à un mode de vie que l’on pourrait presque qualifier de nomade. Très vite, elle développe une grande curiosité et une ouverture face au monde. Son goût pour les voyages se révèle, en partie parce qu’elle a la chance de découvrir la ville de Buenos Aires et d’y résider pendant deux ans.

Bien qu’elle ait toujours montré un grand intérêt pour la danse, ce n’est qu’à l’adolescence qu’elle y goûte de façon plus régulière. Elle entreprend ensuite un DEC en Sciences Humaines profil Monde, au Cégep du Vieux Montréal, ou elle fait d’ailleurs partie de la troupe Exit 505 (à l’époque dirigée par Jean-Pierre Mondor). Voyant que son amour pour la danse ne cessait de grandir, elle décide alors d’entreprendre une formation pour devenir interprète en danse contemporaine à L’école de Danse Contemporaine de Montréal, d’ou elle est diplômée au printemps 2012.

Lors de son parcours, elle participe à plusieurs créations avec différents chorégraphes: Marc Boivin, Marie Béland, Julia Sasso, Réal Bossé, Audrey Bergeron et Sacha Ivanochko. Avec cette dernière, elle a l’occasion de participer à Duet, une pièce qui la marque particulièrement. Elle a aussi la chance de danser plusieurs pièces de répertoire tel que Le crépuscule des océans (de Daniel Léveillé) adaptée par Sophie Corriveau, les 24 Préludes de Chopin, pièce tirée du répertoire de Marie Chouinard et adaptée par Isabelle Poirier, ainsi que Joe et Rodolphe de Jean-Pierre Perreault, adaptée par Ginelle Chagnon.

En amont de cela, Claudelle suit tout au long de sa formation, des stages de Mime corporel (Omnibus), de théâtre (Marie-Josée Gauthier) ainsi que d’improvisation dansée (Imprudanses.)


Joanie Deschâtelets
Joanie Deschâtelets / interprète collaboratrice

JOANIE DESCHATELETS découvre la danse contemporaine à travers le programme de danse du Cégep de Drummondville et décide par la suite de poursuivre sa formation à L’école de danse contemporaine de Montréal. En terminant ses études, elle sera interprète pour Lucie Grégoire dans la pièce À ciel ouvert pour le FTA 2011.  S’intéressant à l’art multidisciplinaire, elle initie, au printemps 2011, un projet de film mariant l’animation 2D et la danse avec le dessinateur Pascal Laquerre. Dans cette même lignée, elle participe à un projet de film réalisé par Jean Ranger en collaboration avec la SAT.

Elle participe avec enthousiasme aux projets de La Grande Fente / Isabelle Boulanger depuis juin 2011. Grâce à sa personnalité joueuse et rayonnante ainsi qu’à sa singulière tignasse rousse, elle se fait repêcher afin de reprendre un rôle dans la pièce Vie et mort de l’élégance (2012) de la chorégraphe Marie Béland.


Laurie-Anne Langis
Laurie-Anne Langis / interprète collaboratrice

Diplômée préuniversitaire du cégep de St-Laurent en danse, LAURIE-ANNE LANGIS entre à LADMMI, l’école de danse contemporaine de Montréal. Dès le début, elle participe à différents projets de créations. Elle a aussi l’occasion de danser à la salle Pierre-Mercure pour Louis Dufort et de monter son propre projet de création où elle combine danse, vidéo et musique.

Laurie-Anne cherche constamment à développer son art et travaille sur sa force intérieure et sur son rapport viscéral au mouvement. Elle va en Suisse pour faire un stage avec un maître de Qi Gong, ce qui lui permettra de connecter avec sa fougue intérieure. Elle va ensuite en Espagne, afin de participer au festival Deltebre Danza, qui lui donne l’occasion de danser avec des artistes renommés du milieu de la danse européenne.
Diplômée de LADMMI, l’école de danse contemporaine, ses expériences l’ont énormément stimulée, entre autre, le répertoire de Crystal Pite, de Marie Chouinard et de Jean-Pierre Perreault. Dès sa sortie de l’école, elle est engagée comme danseuse-créatrice pour Sasha Ivanochko et comme interprète pour Marie Béland. Outre son désir profond de danser, elle décide de partir trois mois en Inde pour apprendre le Kalarippayattu et le yoga, ce qui la mènera à repousser ses limites physiques tout en éveillant sa spiritualité. Cela lui donnera la chance d’agrandir sa vision du monde pour s’accomplir et s’investir en tant qu’être humain dans sa communauté.


Louis-Elyan Martin
Louis-Elyan Martin / interprète collaborateur

LOUIS-ELYAN MARTIN est originaire de France, il a étudié la Littérature et l’Histoire Anglophone à l’Université de Bristol en Angleterre et l’Université du New South Wales en Australie et obtient sa maîtrise en 2008 à l’Université d’Aix-Marseille. Voulant poursuivre sa passion pour la danse contemporaine qu’il a découvert au sein du Centre Chorégraphique de Haute Provence Celine Faure, il abandonne ses études et entame en 2008 une formation en danse contemporaine à l’Université de Concordia, Montréal, Canada. Il poursuit sa formation à l’École de danse contemporaine de Montréal  et en sort diplomé en 2012. En 2009, il se perfectionne auprès de la compagnie Le Carré des Lombes de Danièle Desnoyers durant le Springboard Danse Montréal. En 2011, il s’initie à la technique GaGa aux côtés de la Batsheva Dance Company de Ohad Naharin à Tel-Aviv, Israel, et développe un interêt particulier pour cette gestuelle. Tout au long de son développement artistique il se rapproche de la danse théâtre et le performance art qu’il affectionne particulièrement. En Août 2012, il intègre la compagnie O’Vertigo. Il travaille notamment aux côtés de jeunes chorégraphes tel que Patrick Lloyd Brennan et Claudia Chan Tak. En 2012, durant sa formation à l’école de danse contemporaine de Montréal il intègre la distribution de Vie et Mort de l’élégance de Marie Béland.


Marie-France Jacques
Marie-France Jacques / interprète collaboratrice

En 2008, MARIE-FRANCE JACQUES termine un double DEC en Danse et en Sc.Humaines au Cégep de Drummondville, QC, Canada. Happée par l’amour du mouvement, elle décide de se consacrer à la danse contemporaine. Elle étudie brièvement au School of Dance à Ottawa, Ont, Cananda, et participe ensuite à un stage au Centre chorégraphique Le Pacifique, à Grenoble (France). Elle revient à Montréal poursuivre sa formation en tant qu’interprète à LADMMI, l’École de danse contemporaine, formation qu’elle termine au printemps 2012. Elle y est formée entre autres par Marc Boivin, Sophie Corriveau, Jamie Wright, Andrew L. Harwood, Amy Shulman et Anne Lebeau. Lors de sa formation, elle participe à des projets de création auprès de Lise Vachon, Réal Bossé et la cie. Bande Interdite, et travaille des pièces du répertoire  de Daniel Léveillé, de Marie Chouinard et de Jean-Pierre Perreault. En plus de se  réaliser à travers l’interprétation et le représentation, Marie-France s’intéresse à la création, au théâtre, à la littérature et se passionne pour les expériences de l’âme et du corps.


Nicolas Labelle
Nicolas Labelle / interprète et directeur de production

Suite à des études en théâtre, NICOLAS LABELLE s’initie à la danse en 2001. Ces expériences le poussent à poursuivre sa formation professionnelle en danse à LADMMI, l’école de danse contemporaine, qu’il termine en 2009. À la fin de ses études, il intègre la compagnie Bouge de là dirigé par Hélène Langevin, et participe à la création de L’Atelier qu’il continue à danser à travers le Canada.  En 2010, il participe, en tant qu’interprète professionnel, à l’événement Le très grand continental concocté par le chorégraphe Sylvain Émard, dans le le cadre du Festival TransAmériques. Il est également de la distribution de la pièce Le carnaval des animaux ( pas selon Saint-Saëns ) de Manon Oligny.  En 2011, il se joint à l’équipe du NTE pour la création de Ronfard nu devant son miroir une pièce de théâtre écrite et mise en scène par Daniel Brière et Évelyne de la Chenelière assisté par Estelle Clareton à la chorégraphie.  Il danse également dans la production du Cirque du Soleil à Québec, Les chemins invisibles : Le royaume de tôle sous le direction chorégraphique de Harold Rhéaume.  Au cours des dernières années, il participe à divers projets chorégraphiques de la relève, parmi lesquels : Pharmakon de Menka Nagrani, L’Âmentation de Ghislaine Doté, Aller simple de Dominique Thomas et Attributs de Raphaëlle Perreault. Il fait également partie des Imprudanses, la ligue d’impro-mouvement. En juillet 2012, Nicolas a la chance de participer au stageDeltebre Dansa en Espagne, grâce à l’obtention d’une bourse de perfectionnement au CALQ.


Simon Gélinas Beauregard
Simon Gélinas Beauregard / interprète collaborateur

Né à Montréal, Québec (Canada), SIMON GÉLINAS BEAUREGARD s’intéresse d’abord au cinéma et aux arts visuels. Passionné d’arts martiaux, son intérêt pour le corps en mouvement le mène peu à peu vers la danse contemporaine jusqu’à l’obtention d’un DEC en danse au Collège Montmorency à Laval, puis d’un DEC en danse-interprétation à l’École de Danse Contemporaine de Montréal (EDCMTL) en 2013.

À l’automne 2012, sa formation l’amène à participer à la transposition de Trois Peaux de Jean-Sébastien Lourdais avec Montréal Danse et aussi à collaborer avec des chorégraphes tels qu’Harold Rhéaume, Chanti Wadge, Pierre Lecours et Emmanuel Jouthe. En mai 2013, il reprend également Dévorer le ciel de Danièle Desnoyers dans le cadre de sa formation.

En juin 2013, il présente au festival Saint-Ambroise FRINGE 2013 Bella Bestia, une chorégraphie réalisée en partenariat avec Elizabeth Suich. Il entame à l’été 2013 une collaboration avec la chorégraphe Marie Béland pour le projet FLY ainsi que pour Vie et mort de l’élégance qui sera présenté en France en septembre 2013.

Simon s’implique également dans plusieurs projets au sein du Projet Incubateur de l’EDCMTL ainsi que Passerelle 840 à la Piscine-Théâtre de l’UQAM, que ce soit en tant que danseur, chorégraphe, consultant ou technicien.
Simon souhaite explorer comment différents arts du mouvement tels que la danse et les arts martiaux peuvent se nourrir l’un l’autre et comment ils peuvent faire émerger une nouvelle conscience corporelle dans nos vies quotidiennes. Il s’intéresse aussi au lien qui unit danse, éclairage et technologies nouvelles.


Toutes les productions