Déplacements sonores

Marie Béland et Anne Thériault dialoguent artistiquement depuis 2005 à plusieurs niveaux. Ce projet de balado s’inscrit dans la continuité d’une recherche qu’elles entament en 2017, alors qu’elles s’unissent autour de leur intérêt pour la physicalité des mots, et la mise en corps d’un texte. En 2018, la recherche bifurque vers la question des traces multiples que la danse laisse ou de ce qui disparait. De cette recherche, la performance De et avec… est née, à travers laquelle elles se sont intéressées aux archives des lieux de diffusion des arts vivants depuis leur fondation, et particulièrement de ce qui reste des spectacles sous forme de traces écrites que sont les programmes de saison.

En temps de pandémie, elles décident d’ouvrir leur pratique et de trouver un moyen de mettre en lien le langage verbal et la danse dans une forme sonore. Marie Béland insuffle cette idée de concevoir une série de balado. Elles s’unissent autour de la pratique des Parcours Doux initiés par Anne Thériault, et développent un nouveau projet artistique hybride. Souhaitant faire de nouvelles rencontres et ouvrir les dialogues réflexifs, elles lancent un appel à candidatures pour tirer au sort des artistes de la danse, invité.e.s à prendre part à l’expérience.

Une coproduction LORGANISME et MARIBÉ – SORS DE CE CORPS.

Ce projet est rendu possible grâce au Conseil des Arts et des Lettres du Québec

.

Les saisons de Déplacements sonores

     

.

Les créatrices

Marie Béland

Marie Béland sort de l’université en 2003 avec une formation en création de la danse contemporaine. Elle fonde ensuite sa compagnie, MARIBÉ – SORS DE CE CORPS, qui soutient encore aujourd’hui son travail chorégraphique. Depuis 20 ans, Marie se démarque par des œuvres qui invitent le grand comme le jeune public à la réflexion, et qui ont été présentées dans des théâtres, des festivals, des espaces privés et publics, au Québec, au Canada comme en Europe et en Afrique. Puisant parmi nos différents usages du corps les gestes qui composent nos quotidiens, Marie organise le mouvement banal pour le rendre dansant, complexe. La scène agit comme un révélateur des zones troubles de la fiction – intervertissant le vrai, le faux et la vraisemblance. Ses créations abordent le spectacle vivant comme un phénomène social et esthétique, une occasion d’étudier les transformations que nos corps ordinaires subissent au contact de la scène. Marie est également co-fondatrice de feu La 2e Porte à Gauche (2003-2018), et publie en 2019 son mémoire de maitrise intitulé Cartographie de la scène : les forces en jeu dans le spectacle vivant, qui cherche à questionner l’objet spectacle et à en comprendre les rouages.


Anne Thériault

A singular creator and performer, Anne Thériault has been weaving collaborations with artists from multiple backgrounds for more than ten years: with composer Martin Messier, she co-created Derrière le rideau, il fait peut-être nuit (FTA 2011) and Con grazia (FTA 2016) ; the performance Doux  (Actoral 2016) with visual artist Julie Favreau, and with the company BOP, Quatuor pour la fin du temps (OFFTA 2017) alongside Karina Champoux, Frédéric Tavernini and Dave St-Pierre. In particular, she approached the theatre on the occasion of Ainsi parlait… by Frédérick Gravel & Étienne Lepage, and La Fureur de ce que je pense by Marie Brassard. She is a founding member of Lorganisme, a structure for choreographers. She is also an associate artist at Usine C, where she recently presented her latest opus: Récital (FTA 2018). Currently, Anne Thériault is working on new research projects, collaborating with several artists as an artistic advisor and is invited to curate the COMPAGNONNAGE 21 event by Danièle Desnoyers/Le Carré des Lombes, which takes place in winter 2021. The artist is invited for a period of 3 years, as a researcher at L’L, an experimental research structure in the living arts, located in Brussels.

Related works: Les Précédents, Dieu ne t’a pas créé juste pour danser, Déplacements sonores, BLEU – VERT – ROUGE, RAYON X : a true decoy story, Ils seront là à 8 heures, Twis-manivelle

.
Photo : Lucie Rocher


View All