Les précédents (2008)

Un projet d’architecture chorégraphique

Née d’une collaboration entre le Théâtre de Verdure et la chorégraphe Marie Béland, la pièce déambulatoire Les Précédents met en lumière l’architecture d’un site en intégrant les danseurs autant aux lignes de force du paysage qu’au mouvement des promeneurs. Puisant dans le mobile et dans l’immobile, dans le permanent et dans l’éphémère, les interprètes nous font voir autrement ce lieu sans cesse grouillant qu’est celui d’un espace public.

Les Précédents est une performance à durée variable qui peut être présentée dans n’importe quel contexte extérieur. Construite sous forme de circuit, la pièce a été conçue pour se fondre dans l’univers chaotique d’un milieu urbain. Par son caractère contemplatif, elle agit comme une accalmie au cœur de l’incessant tourbillon des activités humaines.

Le travail est qualifié d’architecture chorégraphique parce que Marie Béland développe l’œuvre en intimité totale avec le lieu qui la reçoit. Les danseurs épousent l’espace ou forment un contrepoint avec le paysage en utilisant les spécificités du lieu (lignes de la rue, positions des arbres, utilisation des chemins, des escaliers, etc.). Ils intègrent aussi le mouvement des passants à la chorégraphie, en calquant le mouvement des corps et les déplacements. Les gens qui traversent l’espace de la performance à ce moment-là, sans nécessairement s’en rendre compte, deviennent danseurs pendant quelques secondes. Ces différentes données constituent «les précédents» desquels les danseurs partent pour réagir à l’espace. La même consigne est donnée au niveau sonore. Le musicien-performeur reproduit dans le mégaphone un mélange de bribes sonores entendues autour de lui et de références sonores qui évoquent d’autres lieux qui nous sont familiers (l’interphone d’une épicerie, ou du métro, ou la musique d’un ascenseur, etc.).

Les Précédents, ce sont donc différents jeux avec la notion d’espace quotidien.

L’expérience peut se poursuivre par des ateliers ouverts au public où tous peuvent à leur tour vivre Les Précédents en interprétant la pièce en compagnie des danseurs.

Depuis sa création, l’œuvre a été interprétée à plus de 40 reprises.

Conception : Marie Béland
Performeurs.euses en 2021 : en alternance Rodrigo Alvarenga, Zoey Gauld, Simon-Xavier Lefebvre, Alexia Martel, Abe Simon Mijnheer, Marilyne St-Sauveur, Anne Thériault, Andrew Turner
Performeurs.euses à la création : Isabelle Arcand, Amélie Bédard-Gagnon, Geneviève Gauvreau, Hugo Gravel, Simon-Xavier Lefebvre, Anne Thériault
Conseillère artistique à la création : Katya Montaignac
Première : 9 juillet 2008, Théâtre de verdure, Parc Lafontaine, Montréal
Durée : durée idéale 2 x 45 minutes

Les Précédents est un projet qui fait partie du programme Jouer dehors 2021-2022 de La danse sur les routes du Québec.

.

ALBUMS PHOTOS :

Tournage en 2021 au Parc Jean-Duceppe, Montréal (Photos © Dimitri Haddad)

Édition 2020 au Faubourg Boisbriand, Ville de Boisbriand (Photos © Claudia Chan Tak)

  

Photo © Marie Béland

Les Précédents au Faubourg Boisbriand

En répétition 2020 (Photo © Marie Béland)

Les Précédents en répétition Les Précédents en répétition

Édition 2009 au Parc LaFontaine (Théâtre de Verdure)

precedents09_08 precedents09_03 precedents09_04 precedents09_05 precedents09_06 precedents09_09 precedents09_011 precedents09_012 precedents09_017 precedents09_019 precedents09_20 precedents09_21 precedents09_22

Édition 2008 au Parc LaFontaine (Théâtre de Verdure)

promo_precedents precedents_01 precedents_02 precedents_03 precedents_04 precedents_05 precedents_06 precedents_07 precedents_08 precedents_09

.

MONTAGE VIDÉO DE PHOTOS (2008-2009) :

.

ÉQUIPE :

Rodrigo Alvarenga

Rodrigo Alvarenga-Bonilla s’initie à la danse dès l’âge de cinq ans en intégrant une troupe de danse folklorique salvadorienne. Il s’initie par la suite au hip-hop, au popping et au break dans les maisons des jeunes. Il commence des cours au Studio Party Time à Québec en 2010 et entre dans PNT dance company en 2012. En 2013, il forme le groupe MARVL, avec lequel il tourne présentement avec le spectacle JAM à travers le Québec. Fraîchement diplômé de l’École de danse contemporaine de Montréal, Rodrigo continue à développer son style personnel en mélangeant le hip-hop, le contemporain et l’acrobatie. Il collabore avec différents chorégraphes et compagnies de danses contemporaines tels que, Sylvain Émard, Marie Béland et Tentacule Tribe. Il travaille également sur certains projets avec le Cirque du Soleil.

Photo : Julie Artacho


Zoey Gauld

Initiée à la danse moderne à London (Ontario), N. Zoey Gauld poursuit sa formation professionnelle à LADMMI à Tiohtià:ke / Montréal (Québec). Zoey est une femme anglo-canadienne blanche qui vit, travaille et étudie sur le territoire non cédé du Kanien’kehá:ka. En parallèle à la poursuite de sa maîtrise en danse à l’Université du Québec à Montréal, Zoey collabore présentement avec Audrée Juteau, Ellen Furey et Catherine Lavoie-Marcus/L’Annexe-A, Sasha Kleinplatz, Créations Estelle Clareton et Marie Béland/maribé – sors de ce corps, et co-produit avec Emmanuelle Bourassa Beaudoin une série de vidéos documentant la pratique pédagogique d’Angélique Willkie. Au cours des quinze dernières années, Zoey a travaillé avec les artistes Marie Béland, Allie Blakley, Johanna Bundon, Estelle Clareton, Manon De Pauw, Paula De Vasconcelos, Deborah Dunn, Thierry Huard, Laurel Koop, Dean Makarenko, Pierre-Marc Ouellet, Bee Pallomina, Dominique Porte, Jacques Poulin-Denis, Harold Rhéaume, Michèle Rioux, Paul-Antoine Taillefer, Andrew Tay, Ashlea Watkin, Nate Yaffe. Zoey a étudié la chorégraphie avec kg Guttman à l’université Concordia. Elle crée des solos qu’elle danse en privé, en public et sur Internet.

Photo : Hilary Gauld


Simon-Xavier Lefebvre

Ayant toujours donné dans l’hyperactivité sportive, Simon-Xavier Lefebvre a développé un intérêt pour le mouvement et l’espace dès son premier contact avec les arts martiaux. Vers le début de la vingtaine, alors qu’il terminait son baccalauréat en biologie, ses pensées étaient toujours ancrées dans les studios de répétition. Il décide de bifurquer définitivement vers la danse à la suite d’une rencontre avec Daniel Léveillé. Après une année d’études à l’École de danse contemporaine de Montréal, il est invité dans le processus de création de Un peu de tendresse, bordel de merde, de Dave St-Pierre. Jusqu’à aujourd’hui, s’ensuivent de nombreuses collaborations : Marie Béland, Andrew Turner, Anne Thériault, Virginie Brunelle, Sasha Kleinplatz, Estelle Clareton, Pierre Lecours, Hélène Blackburn, Estelle Clareton, Martin Messier, Milan Gervais, Frédérick Gravel et Parts & Labour. Simon-Xavier a aussi foulé les planches pour certains projets de théâtre, notamment avec Éric Jean, Mani Soleymanlou et Jérémie Niel. En 2020, Simon-Xavier a participé aux reprises de La vie attend (Parts and Labour), et faisait partie de l’équipe de tournée de Some Hope for the Bastards (DLD/Frédérick Gravel).

Photo : Christel Bourque


Alexia Martel

Alexia Martel a complété sa formation à L’École de danse contemporaine de Montréal (EDCMTL) en mai 2012. Par l’entremise de l’École, Alexia a pu plonger dans différents univers chorégraphiques de créateurs d’ici et d’ailleurs dont Marie Béland, Marie Chouinard, Daniel Léveillé et Lise Vachon qui influenceront particulièrement sa vision de la danse. En parallèle à sa formation, Alexia s’intéresse au théâtre et à la façon dont le théâtre et la danse entre en symbiose. À titre d’interprète, Alexia travaille actuellement auprès d’Isabelle Boulanger (La grande fente) et Patricia Gagnon.


Abe Simon Mijnheer

Après avoir pratiqué le soccer et étudié la guitare aux Pays Bas, Abe Simon Mijnheer émigre à Montréal en 2012. Il s’y découvre une passion pour la danse contemporaine, qui le mène à étudier à l’Université Concordia, puis, en 2016, à l’école de danse contemporaine de Montréal. Il a terminé le programme de formation de 3 ans, au cours duquel il a interprété des œuvres de Marie Chouinard, Alan Lake, Virginie Brunelle, Catherine Tardif, Ginette Laurin, Manuel Roque, pour ne nommer que celles-ci. Il a amorcé son parcours professionnel en tant qu’interprète dans le travail de Sébastien Provencher, Teoma Naccarato, Aurélie Pédron, Lina Cruz, Frédérick Gravel et Le Carré des Lombes. Abe aime tout autant intégrer l’entrainement en danse à d’autres pratiques: le yoga, le soccer et la course à pied, que le chant et la musique.


Katya Montaignac
Katya Montaignac / dramaturge

De 1995 à 2002, Katya Montaignac danse à Paris pour la compagnie La Gorgone dirigée par Vincent Lahache. Depuis 1998, elle collabore en tant que critique de danse à plusieurs publications, notamment la revue JEU. Elle conçoit en 2001 à Paris le projet Raymond, un solo pour n interprètes qui réunit depuis sa création une cinquantaine d’individus, danseurs ou non. Ce projet a été présenté en France et au Québec plus d’une trentaine de fois. Membre de La 2e Porte à Gauche depuis 2006, elle signe régulièrement la direction artistique de ses productions (Blind date, 9 ½ à part., le pARTy, 4quART, Danse à 10, Rendez-vous à l’hôtel et Pluton). Depuis 2007, Katya crée des « Objets Dansants Non identifiés » (Danses invisibles en 2007, Corps anonymes en 2009). Docteure ès danse, elle soigne les maux des chorégraphes à titre de dramaturge, notamment auprès de Marie Béland, Frédérick Gravel, Milan Gervais et Isabel Mohn. Elle enseigne au département de danse de l’UQAM et s’implique également en tant que commissaire, notamment pour le OFFTA pendant 7 ans.

Photo : Julie Artacho


Marilyne St-Sauveur

Diplômée et boursière du Cégep de Saint-Laurent et de l’Université du Québec à Montréal, Marilyne St-Sauveur danse dans les pièces de Marie-Julie Asselin, Marie Béland, Lynda Gaudreau, Frédérick Gravel, Emmanuel Jouthe, OSEZ!/Karine Ledoyen, Dean Makarenko, Pierre-Paul Savoie, Andrew Tay, Katie Ward, la maison de production La 2e Porte à Gauche ainsi qu’avec l’artiste visuelle Elaine LaBrie. Ces projets la mèneront un peu partout sur les scènes québécoises et canadiennes mais aussi aux États-Unis, en France, en Angleterre, en Belgique, en Italie et en Chine. Marilyne a enseigné la danse à l’UQAM, au Collège Montmorency et enseigne au Département de danse du Cégep de Saint-Laurent depuis 2004. Elle travaille également à titre de répétitrice pour la danse et le théâtre. Titulaire de la certification Ageless Grace, elle partage sa danse auprès des personnes âgées avec la compagnie Danse Carpe Diem.

Photo : Martin Flamand


Anne Thériault

Créatrice et performeuse singulière, Anne Thériault tisse depuis plus de dix ans des collaborations avec des artistes d’horizons multiples : avec le compositeur Martin Messier, elle cosigne Derrière le rideau, il fait peut-être nuit (FTA 2011) et Con grazia (FTA 2016) ; avec l’artiste visuelle Julie Favreau, la performance Doux (Actoral 2016) ; et avec la compagnie BOP, Quatuor pour la fin du temps (OFFTA 2017) aux côtés de Karina Champoux, Frédéric Tavernini et Dave St-Pierre. Elle approche plus particulièrement le théâtre à l’occasion d’Ainsi parlait… de Frédérick Gravel & Étienne Lepage, et de La Fureur de ce que je pense de Marie Brassard. Elle est membre fondatrice de Lorganisme, une structure pour chorégraphes. Elle est également artiste associée de l’Usine C, où elle y a récemment présenté son dernier opus : Récital (FTA 2018). Actuellement, Anne Thériault travaille à de nouveaux projets en recherche, collabore avec plusieurs artistes en tant que conseillère artistique et se retrouve commissaire invitée pour l’événement COMPAGNONNAGE 21 de Danièle Desnoyers/Le Carré des Lombes, qui a lieu à l’hiver 2021. L’artiste est invitée  pour une période de 3 années, en tant que chercheure à L’L, structure expérimentale de recherche en arts vivants, située à Bruxelles.

Photo : Lucie Rocher


Andrew Turner

En laissant ses études en histoire et philosophie derrière lui, Andrew Turner est accepté, de façon inexplicable, au département de danse à l’Université Concordia en 2001. Comme interprète, il danse pour les compagnies Par B.L.eux, O Vertigo, Human Playground, PPS Danse, Trial and Eros, Pigeons International, maribé – sors de ce corps, Bouge De Là, et Cie La Tourmente, parmi d’autres. Également chorégraphe, il reçoit plusieurs prix (Prix OQAJ, Prix OQWBJ, entre autres), et bénéficie de résidences de création en Suède, en Suisse, et au Centre de Création à Banff. Il a présenté son travail en Belgique, France, Suisse, Mexique, les États-Unis, et dans une vingtaine de villes Canadiennes. Il a obtenu une maitrise en danse, avec mention d’excellence, à l’Université du Québec à Montréal en 2020.

Photo : Justin Desforges


Toutes les productions