RADIOMATON (2022)

Fabriquez votre propre vérité gratuitement.

Appropriez-vous des mots et des gestes, incarnez les actualités radiophoniques pour les mettre à votre image, et contribuez à propager l’information sans vérification.

Véritable expérience sensorielle et immersive, RADIOMATON questionne la construction de la vérité, la contamination médiatique, les « fake news » et le rôle du corps dans la perception des informations.

Installé·e dans une cabine individuelle de type photomaton et équipé·e d’écouteurs diffusant une radio locale, chaque utilisateur·rice de RADIOMATON doit répéter à voix haute les mots qu’il·elle entend, tout en reprenant des gestes qui lui sont télésoufflés. Sa performance filmée, mêlant des mouvements et des mots qui ne s’appartiennent pas, est remixée dans un kaléidoscope vidéo où tous les sens s’entrecroisent.

AUTOMATIQUE – INSTANTANÉ – TECHNICOULEUR
EN SEULEMENT 5 MINUTES

Un codesign signé Marie Béland et Simon Laroche

Une coproduction MARIBÉ – SORS DE CE CORPS et MONTRÉAL DANSE

L’installation a été conçue comme une expérience à vivre de manière automne ou en écho au spectacle BESIDE.

.

Bande-annonce

.

Galerie photos

.

Calendrier

Prochaine diffusion :

  • 21 au 27 mars 2024, ​hall de la salle Pauline-Julien, Sainte-Geneviève
  • 2 au 7 avril 2024, à La Rotonde, Maison pour la Danse de Québec

Pour plus d’informations, visitez notre calendrier.

.

Crédits artistiques

Une création de Marie Béland et Simon Laroche
Une coproduction et partenariat artistique de MARIBÉ – SORS DE CE CORPS et Montréal Danse
Interprètes : Rachel Harris, Sylvain Lafortune, Bernard Martin
Dramaturge : Kathy Casey
Diffusion : Art Circulation

RADIOMATON reçoit le support du Conseil des arts du Canada.

.

RADIOMATON :
ses origines et intentions

C’est d’abord en cherchant à faire vivre au public une expérience concrète se rapprochant de celle des performeur·euses de l’œuvre scénique BESIDE (création Marie Béland, présentée depuis 2019 au Québec et en Europe), que nous, Marie Béland et Simon Laroche, avons entamé la création de ce qui allait devenir le RADIOMATON.

C’est un grand défi qui attend les participant·e·s du RADIOMATON : iels vont devoir parler et bouger en même temps au son d’une station de radio en direct, avec comme défi de superposer des gestes et des mots qui ne s’appartiennent pas. RADIOMATON, à l’instar de BESIDE, questionne la construction de la vérité, la contamination médiatique, les « fake news » et le rôle du corps dans la perception des informations.

Nous nous intéressons à la faille, faille des systèmes, mais aussi faille des individus en les plaçant dans des situations où il est pratiquement impossible de s’en sortir avec brio. RADIOMATON a le potentiel de faire émerger chez les participant·e·s un état touchant et authentique de surcharge cognitive, un état fascinant à nos yeux d’ultra-présence aux informations qui se traduit par une quasi-absence corporelle où les filtres sociaux disparaissent au profit de la tâche à accomplir.

Notre recherche a tourné autour de trois axes :

l’œuvre médiatrice, en ce sens où elle crée le pont, elle rattache l’expérience réelle, kinesthésique de l’utilisateur·rice de RADIOMATON à son expérience visuelle et sensorielle de l’œuvre scénique BESIDE. Nous avons voulu faire vivre un état de surcharge mentale, généré entre autres par la dissociation entre des gestes reproduits et des paroles répétées, telle que les performeur·euses la vivent sur scène. Cependant, RADIOMATON peut se faire en-dehors de BESIDE, comme objet autonome à expérimenter pour vivre au sein de son propre corps cet état de dissociation;

l’utilisation des technologies numériques propres au travail de Simon, pour ramener à leur point d’origine les mouvements utilisés dans le spectacle BESIDE, c’est-à-dire les mouvements issus des écrans, des médias télévisuels et numériques. L’algorithme de programmation du RADIOMATON amalgame, puis déconstruit et fragmente les informations tant visuelles qu’audio, mettant en jeu notre propre regard sur la validité des contenus que nos écrans nous envoient. En donnant la possibilité aux utilisateurs.rices de se voir eux-mêmes répéter machinalement ce qui leur a été dicté, et en intégrant des bribes de ces performances à un grand kaléidoscope vidéo rassemblant tous les participant·e·s dans un chassé-croisé de mots et de gestes, nous avons voulu accentuer cette déconnection entre le mouvement et le discours, et ainsi faire ressortir des aspects particuliers à chacun – normativité de l’expression corporelle télévisuelle, sémiologie du geste, entropie informationnelle;

l’approfondissement des thématiques au cœur de la démarche en danse de Marie, qui consiste à montrer les discours et les contre-discours noués aux mouvements. Marie s’intéresse particulièrement à la chorégraphie que produisent nos corps en train de parler : quel corps, quel mouvement et pour quel discours ? En effet, tout en questionnant l’impact des médias sur nos manières de percevoir et de comprendre l’information et les opinions, ainsi que le rôle du corps et du geste dans la construction de la crédibilité des discours, nous cherchons à voir comment la danse, et maintenant les arts médiatiques et d’interactivités, peuvent nous aider à comprendre la manière dont nous sommes aujourd’hui affecté·e·s par la façon dont l’information nous est transmise.

Afin de favoriser la participation et de créer un œuvre invitante et accessible à tous·tes, nous avons implémenté notre approche conceptuelle sous la forme d’un objet se présentant comme un photomaton. En jouant avec les codes de l’art d’installation et de l’objet usuel présent dans l’imaginaire collectif, nous créons un espace familier, facile à investir pour l’utilisateur·rice, mais qui trouble tout de même, à travers la posture d’interprète que nous l’invitons à prendre, la mise en scène de sa propre image.

Marie Béland et Simon Laroche

.

Contacts

Jamie Wright | Codirectrice d’Art Circulation, représentation Québec et Canada
" target="_blank" rel="noopener"> – 514 690-5305

Karolina Rychlik | Codirectrice d’Art Circulation, représentation Europe et Asie
" target="_blank" rel="noopener"> –  +48 733 131 503

.

Équipe artistique

Marie Béland – Cocréatrice

Marie Béland sort de l’université en 2003 avec une formation en création de la danse contemporaine. Elle fonde ensuite sa compagnie, MARIBÉ – SORS DE CE CORPS, qui soutient encore aujourd’hui son travail chorégraphique. Depuis 20 ans, Marie se démarque par des œuvres qui invitent le grand comme le jeune public à la réflexion, et qui ont été présentées dans des théâtres, des festivals, des espaces privés et publics, au Québec, au Canada comme en Europe et en Afrique. Puisant parmi nos différents usages du corps les gestes qui composent nos quotidiens, Marie organise le mouvement banal pour le rendre dansant, complexe. La scène agit comme un révélateur des zones troubles de la fiction – intervertissant le vrai, le faux et la vraisemblance. Ses créations abordent le spectacle vivant comme un phénomène social et esthétique, une occasion d’étudier les transformations que nos corps ordinaires subissent au contact de la scène. Marie est également co-fondatrice de feu La 2e Porte à Gauche (2003-2018), et publie en 2019 son mémoire de maitrise intitulé Cartographie de la scène : les forces en jeu dans le spectacle vivant, qui cherche à questionner l’objet spectacle et à en comprendre les rouages.
Photo : Jean-François Brière


Simon Laroche – Cocréateur

Artiste, enseignant et concepteur en médias interactifs, Simon Laroche crée des installations et des performances audiovisuelles et body art. Il a développé une approche critique de l’hybridation des systèmes artificiels, biologiques et sociaux. Cofondateur du collectif Projet EVA, il crée des œuvres critiques, expérimentales et transgressives centrées sur les problématiques propres aux relations entre les individus, les systèmes informatiques et leurs extensions physiques. Simon Laroche enseigne les arts électroniques à l’Université Concordia et collabore avec des créateurs œuvrant dans les domaines du théâtre, de la danse, de la mode et du cinéma. Ses projets ont été présentés en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et dans les Amériques.

Œuvre associée : RADIOMATON

.


Kathy Casey
Kathy Casey

Directrice artistique de Montréal Danse depuis 1996, Kathy Casey travaille en tant que dramaturge auprès de chorégraphes qui repensent, redéfinissent, remanient la nature même de la danse. Par le biais d’un profond questionnement de la performance et du corps, Kathy Casey encourage les idées audacieuses et contribue à les faire s’exprimer et prendre forme. Elle organise et anime également un atelier annuel de recherche chorégraphique, dirige des laboratoires de recherche et anime et coanime des ateliers de danse et de dramaturgie interdisciplinaire. En plus de ses responsabilités au sein de Montréal Danse, Kathy Casey agit comme conseillère artistique pour plusieurs chorégraphes indépendants de Montréal.

Œuvres associées : Réunion.s – titre provisoire, RADIOMATON, BESIDE, BETWEEN

.
Photo : George Dutil


Rachel Harris
Rachel Harris / interprète collaboratrice

Originaire de Vancouver, RACHEL HARRIS s’établit à Montréal en 1990 et poursuit sa formation à l’École de danse contemporaine de Montréal. Suite à sa formation elle rejoint la compagnie Danse Partout à Québec et co-fonde Amorce Danse Théâtre. Au cours de sa carrière, Rachel collabore, entre autres, avec les chorégraphes Blanca Arrieta, Marie Béland, Martin Bélanger, Sarah Bild, Sarah Chase, Estelle Clareton, Margie Gillis, Anne-Marie Giroux, Benjamin Hatcher, Avi Kaiser, Benoît Lachambre, Caroline Laurin-Beaucage, Helge Letonja, Jean-Sébastien Lourdais, Jean-Pierre Mondor, José Navas, Aurélie Pédron, Jean-Pierre Perreault, George Stamos, Mariko Tanabe et Paula de Vasconcelos. En 2002-2003, elle crée The Coyote Project, une œuvre pour quatre interprètes, en étroite collaboration avec la tribu Nlaka’pamux de Colombie-Britannique. Depuis 2011 elle enseigne aux femmes dans des maisons d’accueil dans le cadre du programme La Danse Contre La Violence.

Œuvres associées : RADIOMATON, BESIDE, Dieu ne t’a pas créé juste pour danser, BETWEEN, BEHIND : une danse dont vous êtes le héros

.


Sylvain Lafortune
Sylvain Lafortune / interprète collaborateur

Sylvain Lafortune mène depuis 1979 une carrière professionnelle qui l’a amené à travailler pour des compagnies de renom comme Les Grands Ballets Canadiens, O’Vertigo et Montréal Danse à Montréal, Lar Lubovitch Dance Co., Susan Marshall and Co. et Martha Clarke à New York. Voyageant à travers le monde, il a dansé quelques-unes des plus grandes œuvres du répertoire classique et contemporain. Maintenant danseur pigiste, il se consacre également à l’enseignement, tant dans le milieu du cirque que celui de la danse. Suite à ses recherches à la maîtrise et au doctorat (UQAM), Sylvain Lafortune s’impose depuis quelques années comme une autorité dans l’enseignement du travail de partenaire en danse.

Œuvres associées : RADIOMATON, BESIDE

.


Bernard Martin
Bernard Martin / interprète collaborateur

Depuis 1979, Bernard Martin mélange les genres et les styles, il oscille entre le ballet-jazz, la danse classique et contemporaine. Il débute sa carrière professionnelle en 1991. Depuis, il a visité toute une panoplie de compagnies et collaboré avec une grande palette de chorégraphes: Les Grands Ballets Canadiens (Nacho Duato, Ohad Naharin, Jiry Kilian, Mark Morris, Georges Balanchine, Fernand Nault et plus), Montréal-Danse (Jose Navas, Paula de Vasconcelos, Marie Béland et plus), La Fondation Jean-Pierre Perreault, Système D/Dominique Porte, La La La Human Steps (Édouard Lock), Le carré des Lombes (Danièle Desnoyers), Louise Bédard Danse, Créations Estelle Clareton ainsi que Susanna Hood. Depuis 2009 Bernard Martin se consacre à l’enseignement du ballet pour danseur contemporain et de l’interprétation au sein de l’École de danse contemporaine de Montréal. Enfin, Bernard Martin fut membre de la compagnie La La La Human Steps, dirigée par Édouard Lock, de 2001 à 2009, et avec laquelle il s’est produit sur les scènes des grandes capitales culturelles du monde. Bernard Martin a tenu des rôles de premier plan dans les spectacles AMJAD, AMÉLIA – le ballet et le film –, ainsi que dans LES BORÉADES, un opéra de Jean-Philippe Rameau, chorégraphié par Édouard Lock et offert à l’Opéra de Paris. Plus récemment, Bernard Martin a participé à la dernière création de Danièle Desnoyers, DÉVORER LE CIEL.

Œuvres associées : RADIOMATON, BESIDE, Déplacements sonores

.


Toutes les productions